parue le : 13 janvier 2015 rédigée par : Rédaction

charlie_actu-bm.jpg

Quand j’étais petit, j’écoutais, en me mettant le doigt dans le nez, du Deep Purple, du Genesis de l’Ange et autres compagnons des années adolescentes. Je lisais aussi beaucoup, parfois en même temps, Pilote dont Cabu et le Grand Duduche étaient des phares éclairants. Je viens d’apprendre il y a quelques minutes sa mort et celle d’autres dessinateurs de Charlie Hebdo. Dur de vous souhaiter tout à trac une bonne année tellement le dessin et la musique font souvent bon ménage. D’ailleurs, bien des albums de notre vie sont indissociables des pochettes qui les ont contenus que le revival du vinyle, heureusement, ressuscite. L’art élève l’homme. Certains viennent d’en mourir, libres, le crayon à la main. Charb disait : « Je préfère mourir debout que vivre à genoux ». C’est aussi le credo de nombre de nos musiciens préférés ici, à Koid’9, qui se fichent du mercantile comme de l’an quarante pour jouer, coûte que coûte, leur musique. Quand on la chance de les croiser des années plus tard alors que leur splendeur est passée depuis longtemps, on est frappé par leur sublime obstination. Jouer ce qu’ils aiment pour partager et tant pis si dans la salle les 2000 de naguère sont devenus les 200 d’aujourd’hui. Et encore sommes-nous sévères. Ces bons vieux Ange ou Camel semblent défier les époques. Bien sûr, nos héros vieillissent, comme nous. Décamps, Latimer, Gilmour ou Hackett n’ont plus vingt ans. Mais tout ce qu’on leur demande, c’est de ne pas mourir de sitôt et surtout pas à cause de ce qu’ils sont, même si c’est un beau départ, sur le papier, que de mourir pour ses idées. « D’accord mais de mort lente », évidemment. Alors, longue vie aux Camel, Gilmour et Hackett qui vont embellir, promis, l’année 2015 et à tous les jeunots qu’on aimerait tant retrouver un jour, au crépuscule rougeoyant de leur carrière. Je n’ai pas encore reçu le Prog 100 de Frédéric Delage mais je suis sûr qu’il y évoque nos indispensables vieilles scies. On ne peut vivre sans passé. Vive la vie, vive 2015. Avec Koid’9.


Jean-Marie Lanoë et toute la rédaction de Koid’9