Le magazine

koid9 magazine

News letter


Votre adresse E-mail



Recevez par mail le sommaire du prochaine numro.

Jeff Scott Soto : Jss Live At The Gods (2003 - cd / dvd - parue dans le Koid9 n47)

(639 mots dans ce texte )  -   lu : 179 Fois     Page Spciale pour impression

JeffScottSoto_LiveAtTheGods2002.jpg

C’était il y a 20 ans, en 1984… J’étais chez mon cousin qui avait toujours les bons plans pour me faire découvrir de la bonne musique. Il me montre un disque représentant un bras féminin tendant une Stratocaster à travers des flammes. «Tu connais ce guitariste ?» Il m’énonce un nom complètement exotique, à coucher dehors, et pose le disque sur la platine. C’était le 1er album d’Yngwie Malmsteen, jeune prodige de la guitare. «Mais ça ne chante pas !». «Seulement sur deux chansons. Je te fais écouter la meilleure des deux». A l’audition de "as above, so below" je ressens un grand choc. «Non de dieu, ce chanteur à une putain de voix, puissante, virile et tout et tout. On dirait presque Ronnie James Dio !». «Il s’appelle Jeff Scott Soto. Ca doit être un italo-américain». Plus tard, j’ai acheté le second album de Malmsteen ("Marching out") composé de chansons co-signées par ce fameux Jeff Scott Soto et j’ai été ravi de retrouver sa voix hargneuse. Puis, ce super chanteur est passé à la trappe, remplacé par Mark Boals, lui-même remplacé par Joe Lynn Turner, puis par Göran Edman… A ma grande surprise lorsque j’ai visionné un concert vidéo de Malmsteen, je me suis rendu compte que JSS était en fait un grand métis musculeux et crépu, loin de l’image du petit italo-américain (à la Ronnie Dio) que j’imaginais. J’ai rigolé tout bas en pensant à mon morceau préféré de "Marching out" s’intitulant "I am a viking" !! J’ai complètement perdu la trace de Soto qui a enchaîné les projets sans lendemain comme Talisman, Takara, Axel Rudi Pell, Eyes, Humanimal. L’an passé il a produit l’album "Prism" sous son propre nom. Aujourd’hui, Frontiers sort un CD et un DVD de son concert de l’édition 2002 du festival "Gods of AOR". Ce concert offre une rétrospective parfaite de la carrière du chanteur (+ quelques reprises de FM notamment dans le medley acoustique). Je conseille le DVD plutôt que le CD, car JSS ne s’économise pas sur scène. Il fait d’ailleurs encore très jeune, le bougre. Je me demande quel était son âge lors de sa période Malmsteen… Ce DVD est extrêmement sympathique et on oublie les divers pains pour se concentrer sur l’image. Le CD par contre révèle certaines carences comme la banalité de certaines chansons (compensée par le dynamisme de leur interprétation), l’absence de claviers, un son un peu approximatif et une certaine difficulté pour JSS de monter dans les aigus. Si vous aimez le hard-rock des années 80, à la Scorpions ou Kiss, couplé avec certains accents FM ("I’ll be waiting" de son projet Talisman) à la Bon Jovi, ce live risque de vous ravir, d’autant que le guitariste Howie Simon est extrêmement talentueux. Sur le medley de Malmsteen qui nous est offert (n’oublions pas que JSS est responsable des textes et des mélodies vocales de "Marching out"), Howie s’en donne à cœur joie en reprenant note pour note les solos de Yngwie. Nous avons droit à des extraits de "don’t let it end", "on the run again", "I’m a viking" et bien entendu à "I’ll see the light tonight" ! Dommage que les morceaux ne soient pas entiers ! On apprécie également l’intro à capella ("2 your heart") sur laquelle s’enchaîne le tube de Queen "let me entertain you", ainsi que le medley acoustique. La voix de Jeff se fait parfois soul (façon Seal ou Lenny Kravitz) et on retrouve le temps de quelques lignes vocales ses origines "black". Oubliez un temps le rock progressif et venez headbanger avec ce grand chanteur qu’est Jeff Scott Soto.

Cousin Hub


PS : Mon cousin écoute désormais Césaria Evora. Je suis persuadé qu’il ne se souvient absolument plus de Jeff Scott Soto




Retour la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique :

Temps : 0.0362 seconde(s)